Echec ou défaite ?

Photo Totem présenté sur le marché de Saillans en mars 2020

Le résultat des élections municipales du 15 mars 2020 a donné un court avantage (18 voix) à la liste « Saillans, un avenir en commun ».
La liste « S’engager ensemble pour Saillans », qui a revendiqué la poursuite et l’amélioration de la gouvernance mise en place depuis 2014 a donc échoué à convaincre une majorité d’électeurs.
Beaucoup de personnes sensibles à nos idées qui nous avaient sollicités pendant les six dernières années, nous ont manifesté leur étonnement : comment se fait-il que les habitant-e-s de Saillans n’aient pas souhaité poursuivre cette façon de gérer la commune ?

S’agit-il d’un échec de la gestion collégiale et participative ?
A Saillans, comme dans de nombreuses communes, une partie de la population ne vote pas pour un programme ou des idées. Cela a été aussi le cas cette fois-ci. En 2014, nous avons bénéficié d’une partie de cet électorat qui souhaitait écarter l’ancien maire, et en 2020 nous avons eu le même effet boomerang. Ce sont, parmi d’autres raisons qu’il nous appartiendra d’analyser plus finement, essentiellement des intérêts personnels, liés notamment à la révision du Plan Local d’Urbanisme, qui ont fait basculer de si peu le résultat.

Si nous avons été précurseurs à Saillans en 2014, cette volonté de faire de la politique locale différemment, plus horizontale et ouverte, est aujourd’hui largement répandue dans toute la France. Cela s’est concrétisé en 2020 par l’apparition de nombreuses listes participatives, également par des discours beaucoup plus ouverts à la participation émanant de différentes autres listes, même traditionnelles.

Et on le vérifie à Saillans. Lorsqu’on lit le programme des nouveaux élus de Saillans, on n’est plus étonnés de retrouver les termes de « participation », et de « collégialité ». On y retrouve également l’intention de créer des « commissions consultatives », « permanentes » « en amont du conseil municipal et des prises de décision ».

Bien sûr, il peut y avoir beaucoup d’écart entre les intentions et les faits surtout en matière de transparence.
Cela nous permet d’affirmer qu’à Saillans l’esprit participatif n’a pas disparu, qu’il est maintenant bien implanté dans les traditions locales.

C’est donc pour nous, certes, un échec électoral et plutôt un succès sur le fond. Cette volonté de faire des politiques plus horizontales s’est essaimée, de multiples listes se sont inspirées du modèle de Saillans, et certaines ont même été élues dès le 1èr tour (voir le site « Action commune » et les résultats prometteurs dans la vallée de la Drôme des listes citoyennes adhérentes à la Charte de participation citoyenne, notamment à Crest et à Die). Les graines semées vont maintenant germer, et à Saillans les 3 élus minoritaires participeront, avec les habitants volontaires et engagés, pour que soient mises en actes les intentions de campagne.

Des anciens élus 2014-2020 de Saillans et les 3 élus minoritaires de Saillans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *